OFFICES&FETES

Calendrier

Partager   

OFFICES&FETES





Chabbat :Office  tous les vendredis à 19h00

34, Cours des Dames LA ROCHELLE




PARACHA DE LA SEMAINE : YITRO


La Paracha Yitro représente naturellement une étape décisive et fondamentale dans la constitution du peuple juif. En effet, le don de la Torah auquel nous assistons constitue l’aboutissement du processus de libération de l’esclavage égyptien.

Comme chacun le sait, la liberté tel qu’elle est vécue dans le judaïsme ne se résume pas à une licence de pouvoir faire ce que l’on veut et d’être le seul maître de sa vie. En effet, notre tradition se méfie des passions du corps et des pulsions délétères qui peuvent s’introduire dans le cœur de l’homme et le mener sur des sentiers dangereux.

La finalité de la sortie d’Egypte résidait dans le don de la Torah, et dans l’acceptation par le peuple de tous les commandements divins, seuls garants de l’épanouissement de l’homme et de sa véritable liberté. A propos des commandements, nos Sages nous enseignent : « Al Tikré ‘Harout Al Halou’hot Ela ‘Hérout - Ne lis pas [que les commandements sont] « Harout - gravés » sur les tables, mais lis-y plutôt « ‘Hérout - liberté ! »

Les commandements de la Torah ont en effet vocation à libérer l’homme des mauvais instincts qui peuvent naitre naturellement en lui, en raison de sa dimension « matérielle - corporelle », et en l’absence d’une orientation spirituelle seule susceptible de les contrebalancer. Mais précisons d’emblée que le corps et la matérialité ne sont pas disqualifiés pour autant dans notre tradition, ils sont au contraire de précieux cadeaux que le Créateur du monde nous a confiés et qu’il convient de chérir et de sanctifier, en les mettant précisément au service de la spiritualité.

Les Sages du Talmud nous enseignent ainsi que D.ieu a créé la Torah précisément pour faire échec aux tentatives incessantes du Yétser Hara - mauvais penchant de faire fauter l’homme et d’empêcher son épanouissement : « J’ai créé le Yétser Hara et j’ai créé la Torah comme antidote » (traité Kiddouchine, 30a)

Notre Paracha nous présente donc les fameux dix commandements qui sont en réalité désignés dans notre tradition comme les « dix paroles - Asséret Hadiberot ». Nos Sages nous proposent plusieurs grilles de lecture de ces commandements et notamment des deux tables qui les contiennent.